2005-04-12 Retour en classe difficile pour les étudiants de Philippe Gabrini

Au moment du retour en classe après la grève étudiante de 2005, il a été convenu par la Commission des Études de l'UQAM un certain nombre de résolutions affin d'assurer l'atteinte des objectifs de formation. Parmi ces résolutions, la Commission des Études demande "que l'ensemble des personnes concernées travaillent de manière concertée afin d'assurer un retour en classe harmonieux et que les modalités exactes de report ou de reprise des évaluations soient librement discutées lors du retour en classe" et que "chaque faculté veille à ce qu'une entente permettant d'atteindre les objectifs de formation intervienne dans chacun des groupes-cours entre les professeures, professeurs, les chargées et chargés de cours, les maîtres de langue et les étudiantes, étudiants et ce dès la première période de cours et sans pré-avis".

De plus, il est clairement spécifié par la Commission des Études que "cette entente s'appliquera à l'entièreté du trimestre d'hiver 2005 pour l'activité donnée et précisera les éléments suivants:

  • les aménagements du calendrier de récupération;
  • le nombre et les échéances des évaluations des apprentissages;
  • la pondération respective des contenus ou objets d'évaluation dans l'évaluation globale;"

Et que "les modalités de cette entente seront adoptées à la majorité des étudiantes et des étudiants présents et seront consignées par écrit afin d'être transmises au département et à la faculté".

Philippe Gabrini a catégoriquement refusé ce droit à ses étudiants. Lorsqu'il a été question de discuté de l'entente d'évaluation, Philippe Gabrini à déclaré que pour modifier l'entente d'évaluation il fallait l'unanimité et qu'en s'y objectant lui même il était impossible d'arriver à une entente. Il ne s'agit pas d'un point de litige en particulier, il a été tout simplement impossible pour les étudiants de monsieur Gabrini d'avoir une discussion quelconque en rapport à l'entente d'évaluation.

Philipe Gabrini exige à ses étudiants de remettre des travaux dans un délais nettement inférieur à celui qui séparait leur date de remise originale à celle du déclenchement de la grève (4 jours contre 15) et ce, sans tenir compte que la date de remise précédente était après l'examen de mi-session alors que la date actuelle force les étudiants à bâcler leurs travaux plutôt qu'à se préparer leur examen. Les travaux sont en effet à remettre au début de l'examen.

Signifiez votre appui

Si vous avez une page Web ou un blog, faites un lien vers cette page. Votre collaboration assurera un bon placement de ce texte concernant Philippe Gabrnini dans les moteurs de recherche.
Merci!


Copyright © 2001-2005 Yannick Gingras <ygingras@ygingras.net>

You can use my public key to send me secure transmissions.

Valid XHTML 1.0! Valid CSS!